La Forêt de l'Aube RPG
Cette version du forum de la Forêt de l'Aube ferme actuellement ces portes, mais est heureux de vous accueillir sur une V2 se trouvant a l'adresse suivante :



Merci de votre visite.

La Forêt de l'Aube RPG


 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Crystal
Modératrice qui à la Force avec elle - Chevalière
Crystal

Messages : 1167
Date d'inscription : 16/11/2009
Âge : 23
Localisation : Dans les bras de son prince charmant ~

Vos Persos
Vos Personnages:
Particularité // Pouvoir :: Voit et parle avec la Mort \o/ Et c'est pas un cadeau

Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )    Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )  - Page 2 I_icon_minitimeMar 10 Jan - 11:25

    Ou pas, finalement car il lui répondit d’un air amusé mais si on remarquait bien que se n'était pas le premier sentiment qui planait dans la tente :

    « T’escorter, je suis tout à fait d’accord. »

    Crystal grimaça quand elle sentit l’index du jeune homme se poser sur ses lèvres, lui intimant le silence alors qu’elle aurait voulu protester. Pourquoi voulait-il prendre autant de risque ?! S’était stupide ! Bon, évidemment si les rôles avaient échangé, elle aurait fait de même, refusant de laisser quelqu’un en arrière et encore moins une personne qui comptait de plus en plus à ses yeux mais elle ne voulait pas qu’on fasse cela pour elle. Surtout que comment voulait-il faire ? Elle n’était même pas capable de se relever alors de là à marcher, y avait du chemin et cela sans jeu de mot. Même sous sa forme animale, elle n’avancerait certainement pas plus vite. Des bruits au dehors lui apprirent que les autres mettaient le cap vers leur village. Au moins, s’il partait devant, Crystal pourrait toujours ralentir leurs poursuivants pour qu’ils évitent justement de s’en prendre au villageois. Elle aurait voulu se lever, leur donner des instructions pour semer leurs adversaires et éviter les embuscades mais, elle ne le pouvait pas et puis, ils leur auraient fallu un guide, pas des instructions. Elle soupira, refermant les yeux, réfléchissant à un moyen de soit suivre le groupe, soit de rester vivante le temps qu’il faudrait pour quel soit capable de marcher ou au moins de bons arguments pour que Sulivan ne fasse pas l’imbécile en voulant rester en arrière avec elle. Elle finit par rouvrir les yeux, croisant le regard doux et déterminé du jeune homme qui vient la réchauffer en lui tendant une veste déchirée. Celui-ci reprit d’ailleurs la parole, brisant le long silence pesant qui s’était installé entre eux deux :

    « Met ça, ça te tiendra un peu chaud... »

    Ce qu’elle fit en serrant les dents de douleur lorsqu’elle bougea son épaule afin d’enfiler le morceau d’étoffe. Bon sang, qu’est ce que ça pouvait faire un mal de chien et pourtant, elle en avait reçu des blessures sur le champ de batailles mais la magie et les plantes médicinales faisaient en général des merveilles : là, y avait rien de tout ça. D’ailleurs, elle avait peu de cicatrices visibles sur sa peau, tout ça grâce au don de certains et aux potions. La veste une fois enfilée, elle se sentit un peu mieux, légèrement plus réchauffer qu’avant même si elle n’aurait pas dit non à rester devant un bon feu de cheminée :

    « Je te porterais, puis ton rôle sera seulement d'essayer de ressentir les possible présences autour de nous … Tu t'en sens capable ? Je te porterais, te protégerais... Hors de question de t'abandonner ici et le laisser mourir bêtement. Si tu dois mourir ce sera lors d'un combat en un contre un à la loyal, tel est la mort d'un vrai chevalier, pas en un contre x à moitié mort dès le début du combat ... Je refuse de te laisser mourir de toute manière, je ne te laisse pas le choix là. Et au cas où tu oserais dire non et me demander pourquoi je fais tout ça, la réponse est simple... Depuis hier soir, mon coeur me le dit, il tient à toi. Tu es une amie voilà tout, et moi les amis je les laisse pas crever en douce sur le champ de bataille sans avoir dit mon mot. Donc je te préviens, tu serres les dents, tu t'accroche à mon dos puis on y va... »

    Sa voix était à la fois douce et n’attendait aucune protestation. On aurait dit que la jeune femme revenait en enfance, qu’elle était une enfant capricieuse et qu’un adulte la grondait gentiment. L’Edenien se tourna, lui montrant son dos en lui faisant signe de grimper. La chevalière se décida alors à protester d’une voix encore faible mais qui déjà, prenait de l’ampleur :

    « Baka ! Tu ne pourras pas me porter bien loin comme ça malgré toute ta bonne volonté. En plus, ils seront là dans quelques minutes, on n’ira pas assez vite à pied pour leur échapper. Les autres ont besoin d’un meneur et ce n’est pas en te faisant tuer pour moi que ça va les aider. »

    Elle marqua une pause, pensive … Sulivan ne la laisserait pas, s’était un fait clair et net et quoi qu’elle dise, rien n’y changera. Elle poussa un discret soupir en observant le toit de la tente avant de reprendre :

    « Mais … Vu que tu ne m’écouteras certainement pas, va chercher ma jument, elle ne doit pas être loin. Elle pourra nous porter un moment et on ira beaucoup plus vite sans que tu t’épuises inutilement. Mais … Merci … Pour tout ce que tu fais pour moi alors qu’on se connaît à peine et que bien d’autre n’aurait pas fait … Ca demande du courage … »

    Elle inspira doucement, prenant sur elle pour ne pas gémir de douleur et se redressa lentement, se retenant à ce qui pourrait l’aider à rester debout car ses jambes tremblantes avaient du mal à la soutenir et menaçaient à tout moment de l’abandonner. Mais si Sulivan mettait autant de conviction à la voir vivre, elle se devait de faire ce qui lui était en son pouvoir pour alors elle tenait bon, attendant de voir ce qu’il allait lui répondre, un petit sourire se dessinant sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Vernom Sulivan
Habitant d'Eden
Vernom Sulivan

Messages : 36
Date d'inscription : 27/07/2011
Âge : 26
Localisation : Quelque part

Vos Persos
Vos Personnages:
Particularité // Pouvoir ::

Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )    Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )  - Page 2 I_icon_minitimeMar 10 Jan - 16:39

La soirée était finit, l'aube se levait doucement et nous devions faire vite, car la situation n'allait pas rester sereine longtemps. L'ennemi n'étais pas le plus loin du monde, il approchait telle une bête assoiffé de sang, nous simples brebis alors que le loup approchait. Je ne disais rien si ce n'est le fond de ma pensée, je voulais l'aider, la sauver car j'ai encore des choses à lui dire, qui sait, pouvoir créer des choses avec elle, comme des souvenirs. Sans parler de sentiments à tisser et autre choses en relation, mais je voulais apprendre à la connaître et ne plus la voir comme une inconnue d'un soir qui a aidé tout un village alors qu'elle avait toute les raisons de pas le faire. Je ne la voyais pas comme une inconnue, mais pas non plus comme une allié, seulement une personne qui a des fondements similaires aux miens au sujet de la guerre. Alors pour ça, j'allais risquer ma vie, comme elle qui l'a risqué tout à l'heure. Je ne faisais que rendre la monnaie de sa pièce.
Sa voix se fit entendre, sa douce voix, faible, mais déjà de nouveau audible. La négations me faisant criser des dents. Je ne disais rien la laissant finir ses paroles chacune d'elles ayant leur importance.

« Baka ! Tu ne pourras pas me porter bien loin comme ça malgré toute ta bonne volonté. En plus, ils seront là dans quelques minutes, on n’ira pas assez vite à pied pour leur échapper. Les autres ont besoin d’un meneur et ce n’est pas en te faisant tuer pour moi que ça va les aider.
Mais … Vu que tu ne m’écouteras certainement pas, va chercher ma jument, elle ne doit pas être loin. Elle pourra nous porter un moment et on ira beaucoup plus vite sans que tu t’épuises inutilement. Mais … Merci … Pour tout ce que tu fais pour moi alors qu’on se connaît à peine et que bien d’autre n’aurait pas fait … Ca demande du courage … »


Elle avait tort et raison... Si seulement elle connaissait mon endurance et ma force, j'aurais pu la porter suffisamment loin pour la cacher et faire diversion. Pour au final sauver sa vie et celle des villageois au prix de la mienne. Qu'est-ce qu'une vie au milieu d'une trentaine ? Rien, alors pourquoi s'inquiète-t-elle ? Pourquoi ne fait-elle pas comme les autre et profite de cette gentillesse ? Est-elle comme je le pense ? Différent des autres ? Je secoua la tête puis prend son menton entre mes doigts pour alors lui souffler doucement malgré mon énervement, restant près d'elle au cas où elle tomberait, elle qui semblait si fragile sur ses jambes fines.

«  Je ne compte pas t'abandonner tu as raisons en disant que je ne t'écouterais pas, si durant notre escapade on doit se séparer, parl à, je veux dire un de nous doit se sacrifier, j'irais jusqu'à te frapper pour t'obliger d'avancer pendant que moi je retarderais le monde. Enfin ceci n'est qu'une simple image pour te montrer à quel point je suis déterminé. Mais n'appelle pas ça du courage, il n'y a rien de courageux la dedans. Moi aussi j'ai peur de ça, moi aussi en les voyant je tremble, j'ai qu'une envie, qu'ils disparaissent et que je me dise que c'est juste un cauchemar. Sans rien te cacher, je t'apprécies beaucoup, tes similitudes me font agir ainsi. On se comprend, je t'aime bien, voilà... Ce peu de chose me fait faire des choses... C'est tout. Voit ça comme tu veux, je m'en fiche tant qu'on est pas à Eden. Bref... Je vais chercher ta jument... Ne bouge pas... »


Malgré mes paroles se voulant autoritaires, je la regardais avec un regard doux, limite mes doigts auraient voulu caresser son visage pour qu'elle ne soit pas effrayé par mon ton dur.. Enfin simple image une fois de plus.
Je regardais autour de moi puis siffla un grand coup. Puis j'entendis un bruit d'animal justement. La jument était là, attaché. Je pris la corde et la défit pour alors tirer un peu, mais l'animal ne m'obéissait pas aussi bien que voulu, nous faisant perdre de précieuses secondes... Une fois devant la tente, uni une ni deux, je pris la demoiselle par la taille puis la fit enfourcher l'animal pour me mettre devant et lui dire doucement.

«  Accroche toi à moi... Et désolé si c'est douloureux... Le fait de galoper va te secouer... Reste bien contre moi et serre moi comme si tu voulais m'étouffer... Au niveau du ventre.. Ah... Et si tu peux m'aider à guider la jument en faisant je ne sais quoi qui le calme ou la met en confiance, hésite pas.. Mais pas de gestes brusques pouvant te déstabiliser et te faire tomber... Je te ramène en un seul morceau, pas deux... Et chacun de nous serra vivant, pas d'option possible.... »


Je souris puis alors fouetta un peu l'animal pour le faire avancer au galop. L'instant décisif arrivant... Nous en sortirons nous ? Nous verrons bien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Modératrice qui à la Force avec elle - Chevalière
Crystal

Messages : 1167
Date d'inscription : 16/11/2009
Âge : 23
Localisation : Dans les bras de son prince charmant ~

Vos Persos
Vos Personnages:
Particularité // Pouvoir :: Voit et parle avec la Mort \o/ Et c'est pas un cadeau

Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )    Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )  - Page 2 I_icon_minitimeDim 26 Fév - 17:25

    Sulivan secoua la tête avant d’emprisonner son menton entre ses doigts comme s’il craignait qu’elle se dérobe pour ne pas avoir à écouter sa réponse. Il lui murmura alors doucement :

    « Je ne compte pas t'abandonner tu as raisons en disant que je ne t'écouterais pas, si durant notre escapade on doit se séparer, part là, je veux dire un de nous doit se sacrifier, j'irais jusqu'à te frapper pour t'obliger d'avancer pendant que moi je retarderais le monde. Enfin ceci n'est qu'une simple image pour te montrer à quel point je suis déterminé. »

    Elle n’aimait pas – mais alors vraiment pas – cette image. D’une il était hors de question de se sacrifier. Elle était catégorique sur ce point. Si Sulivan n’avait pas accepté qu’elle lâche prise, il était bien normal de lui rendre la pareille en refusant qu’il se sacrifie pour elle. Et puis n’était se pas dans les lois de la nature de laisser vivre l’animal le plus fort et en meilleur santé et de tuer celui rachitique qui ne peut de tout façon pas survivre ? Bien sur que ça l’était. Sinon pourquoi les mères abandonneraient certains de leurs rejetons afin que les autres puissent avoir toutes les chances de leur côté. Tout ça pour en revenir à dire que non, Sulivan n’avait pas à se tuer pour elle.


    « Mais n'appelle pas ça du courage, il n'y a rien de courageux la dedans. »


    Non effectivement, rien de courageux, juste de la sottise pure.

    « Moi aussi j'ai peur de ça, moi aussi en les voyant je tremble, j'ai qu'une envie, qu'ils disparaissent et que je me dise que c'est juste un cauchemar. Sans rien te cacher, je t’apprécie beaucoup, tes similitudes me font agir ainsi. On se comprend, je t'aime bien, voilà... Ce peu de chose me fait faire des choses... C'est tout. Voit ça comme tu veux, je m'en fiche tant qu'on n’est pas à Eden. Bref... Je vais chercher ta jument... Ne bouge pas... »

    Ces paroles étaient légèrement dur … Et la fin de son discours plutôt mystérieux « je m’en fiche tant qu’on n’est pas à Eden ». Pourquoi cela serait différent une fois là bas ? Elle sentait un léger énervement dans sa voix ce qui contrastait avec son regard et son emprise douce. La jeune femme ne pu rien répondre qu’il avait déjà disparu chercher sa jument, ce qui n’était pas plus mal. Moins de parlote, s’était moins de temps perdu et qui dit moins de temps perdu disait aussi plus de chance de survivre autant pour l’un que l’autre vu que Sulivan, malgré tous les arguments qu’elle avait pu fournir, refusait de la laisser. Elle laissa là les quelques affaires qu’elle avait prit soin d’emporter mais qui n’était pas d’une importance vitale, récupérant juste son arc et son épée, grimaçant en les ramassant. A chaque mouvement, elle avait l’impression qu’on voulait étirer sa peau comme on le ferait avec un élastique ou pour assouplir le cuir. Elle avança lentement jusqu’à l’entrée de la tente, s’accrochant à tout ce qui pouvait soutenir son poids pour ne pas s’effondrer. Elle le vit revenir avec sa jument qui renâclait ce qui la fit sourire. Sa fidèle jument au tempérament tout feu tout flamme. Mais en même temps, le fait est tel que l’animal leur faisait perdre du temps enfin, Sulivan compensa cela en la prenant par la taille sans plus de cérémonie et la déposa sur l’équidé, lui arrachant un cri de surprise. Mais il n’y prêta pas plus d’attention, venant à son tour enfourcher la pauvre bête qui devait supporter deux poids au lieu d’un même si cela ne sembla la déranger plus que ça car s’était un animal fière et robuste. Le jeune homme lui dit alors :

    « Accroche-toi à moi... Et désolé si c'est douloureux... Le fait de galoper va te secouer... Reste bien contre moi et serre-moi comme si tu voulais m'étouffer... Au niveau du ventre ... Ah... Et si tu peux m'aider à guider la jument en faisant je ne sais quoi qui le calme ou la met en confiance, hésite pas… Mais pas de gestes brusques pouvant te déstabiliser et te faire tomber... Je te ramène en un seul morceau, pas deux... Et chacun de nous serra vivant, pas d'option possible.... »

    Elle sourit, autant prendre ça à la rigolade au point où ils en étaient. Elle se pencha légèrement, venant murmurer quelques mots à sa compagne qui remua les oreilles avant d’obéir au jeune homme, c'est-à-dire, s’élancer au galop.

    Crystal poussa un cri de douleur, venant faire ce que lui avait proposé Sulivan. Elle l’entoura de ses bras en le serrant fortement, pas qu’elle voulu l’étouffer ou le faire vomir mais elle le serrait proportionnellement à la douleur ressentie car chaque secousse éveillait sa blessure, s’était comme une déchirure. Elle ne pu empêcher les larmes de couler, venant doucement humidifier le dos du jeune homme contre lequel sa joue était appuyée. Au moins, elle n’avait plus froid.

    Ange, quand à elle, avançait fièrement, gardant un rythme soutenu et régulier. Elle sentait l’urgence de la situation et galopait comme si elle avait les chiens de l’enfer à ses trousses. Elle devait aussi sentir la souffrance de sa maîtresse car elle choisissait les chemins les moins sinueux et accidentés, évitant un maximum d’obstacle qui pouvait les secouer un peu plus. Mais même avec toutes ses attentions, cela n’empêchait pas la chevalière de vivre le martyre même si elle n’en disait rien, elle serra les dents avant d’annoncer à Sulivan :


    « Il faut que tu fasses un détour afin de laisser le plus d’avance possible pour les villageois … Après nous avons deux possibilités, soit nous les semons, soit nous leur tendons un piège … Pour le piège, je pense que leur faire une belle frayeur ferait l’affaire mais il nous faut pour ça du temps et nous n’en avons pas … Quand à faire un détour, nous n’avons qu’à passer la combe mouvante … Je ne pense pas que tu connaisses mais se sont un peu comme des marais … si tu ne t’y connais pas, tu t’y enfonces et tu n’as aucune chance de survivre … Je pense que ça fera l’affaire pour les semer et laisser assez de temps aux autres pour ne plus rien avoir à craindre d’eux … »

    Même si elle essayait de rien faire transparaître, la douleur pouvait même s’entendre dans sa voix et elle n’était pas certaine de tenir un si long chemin mais s’il arrivait à passer la combe, il pourrait se reposer, dormir même et ce, s’en craindre une attaque car peu de gens s’aventure là bas, ce qui est parfaitement logique. Oui, s’était la meilleure chose à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Vernom Sulivan
Habitant d'Eden
Vernom Sulivan

Messages : 36
Date d'inscription : 27/07/2011
Âge : 26
Localisation : Quelque part

Vos Persos
Vos Personnages:
Particularité // Pouvoir ::

Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )    Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )  - Page 2 I_icon_minitimeSam 3 Mar - 15:14

La demoiselle allait me suivre, je ne comptais pas l'abandonner, ça elle l'avait compris je pense. Pour ma part, je me comprenais, c'était elle ou rien. Un raisonnement classique mais c'est ainsi. Je ramenais la jument pour partir d'ici au plus vite, après tout, les gens n'étaient plus très loin. Hors de question de la laisser là. Je lui avais dit et lui répétais. Je la mis derrière moi puis la vis se pencher chuchotant des paroles à sa jument. Un peu comme si sa parole allait me la mettre en confiance. Je ne disais rien, la jument m'obéissant désormais. Je fonçais, sentant les bras frêles de la demoiselle entourer ma taille, elle me serrait différemment selon l'allure, à moins que ce ne soit selon le degrés de douleur qu'elle supporte. Le cheval galopait, prenant des chemins peu sinueux, à croire qu'il ressentait ce que ressent la demoiselle et ne veux pas la faire souffrir, s'en était touchant, mais je ne disais rien. Tout à coup, je sentis comme quelque chose d'humide. Elle pleurait ? Je ne savais que trop faire, laissant le cheval aller où il pensait bon aller. Je l'écoutais parler, sentant son martyre. Décidément...

« Il faut que tu fasses un détour afin de laisser le plus d’avance possible pour les villageois … Après nous avons deux possibilités, soit nous les semons, soit nous leur tendons un piège … Pour le piège, je pense que leur faire une belle frayeur ferait l’affaire mais il nous faut pour ça du temps et nous n’en avons pas … Quand à faire un détour, nous n’avons qu’à passer la combe mouvante … Je ne pense pas que tu connaisses mais se sont un peu comme des marais … si tu ne t’y connais pas, tu t’y enfonces et tu n’as aucune chance de survivre … Je pense que ça fera l’affaire pour les semer et laisser assez de temps aux autres pour ne plus rien avoir à craindre d’eux … »


Je la regardais un bref instant réfléchissant à tout ça. Les marais étaient risqués, mais le gros lot non négligeable. Je soupira puis alors dégaina d'une main mon arme pour entailler au passage plusieurs marques, tel le petit pousset. Je voulais que l'armée nous suive et ainsi laisse tranquille les villageois. Je lui sourit un bref instant puis lui dit.

«  Bien... Je vais t'écouter... Nous faisons ce détour vers le marais, là bas nous pourront nous reposer... Puis demain... Nous repartirons pour Eden. Une fois là bas.... Tu pourras te reposer plus calmement...Ta blessures ne te permettrais pas un tel voyage directement jusqu'à Eden de toute façon...  »


Je rengaina mon épée pour alors me concentrer sur le chemin. Celui-ci durant une bonne heure, suite à cela, une légère brume se fit voir. L'endroit devenant humide. Visiblement, nous étions arrivé. Je cherchais un endroit où nous abriter car il fallait faire cela en vitesse, sans tomber sur un piège naturel que sont les marais... Je soupira, ordonnant au cheval de ralentir, allant au pas doucement. Une fois les alentours fichés, je repéra une sorte d'arbre aux racines surélevées formant un dôme naturel. Je l'emmena là bas puis alors la déposa au sol doucement, pour me mettre à côté.

«  Dort... Cette fois il ne nous arrivera rien.... »


Je passa une main douce sur son front, comme pour voir si elle n'avait pas de fièvre, puis aussi pour la rassurer. Un contact étant très rassurant. Doucement, je lui sourit amusé puis abaissa mon regard vers sa blessure. Je regardais ce que j'avais dans ma poche puis passa sur sa blessure plusieurs herbes pour lé guérir doucement. Bien que l'effet ne soit pas immédiat.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Modératrice qui à la Force avec elle - Chevalière
Crystal

Messages : 1167
Date d'inscription : 16/11/2009
Âge : 23
Localisation : Dans les bras de son prince charmant ~

Vos Persos
Vos Personnages:
Particularité // Pouvoir :: Voit et parle avec la Mort \o/ Et c'est pas un cadeau

Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )    Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )  - Page 2 I_icon_minitimeSam 3 Mar - 20:08

    Le jeune homme se tourna alors vers elle, l’air pensif alors qu’elle essuyait discrètement ses larmes et essayait de ne rien laisser paraître même si des grimaces venaient parfois la trahir. Enfin, au moins, elle ne criait pas. La combe :mouvante. Combien de fois cet endroit lui avait servi de refuge quand elle ne pouvait plus gérer une situation dangereuse. Elle commençait à connaître ce lieu comme sa poche mais elle se souvenait aussi de sa première visite là bas. Heureusement que ce jour là, sa jument avait été là et lui avait prêté secours car sinon, elle n’en serait certainement pas ressortie. Ca lui avait servi de leçon pour la suite. Le soupire de Sulivan la rappela à la réalité, il venait de dégainer son arme et entaillait au fur et à mesure de leur avancer ce qui pouvait l’être. Elle grimaça, ne comprenant pas son raisonnement. Ces marques étaient beaucoup trop évidentes et peu naturelles. Espérons que les gardes soient assez stupides pour suivre ces « flèches » même si les traces de sabots et les branches cassées par leur passage auraient largement suffit pour les retrouver. Sulivan finit par lui répondre en souriant un instant – sourire auquel elle répondit péniblement - :

    « Bien... Je vais t'écouter... Nous faisons ce détour vers le marais, là bas nous pourront nous reposer... Puis demain... Nous repartirons pour Eden. Une fois là bas.... Tu pourras te reposer plus calmement...Ta blessures ne te permettrais pas un tel voyage directement jusqu'à Eden de toute façon... »

    Ça se voyait donc tant que ça ? Bon, d’accord, ça ne passait pas inaperçu non plus … Il rengaina son épée et reporta son attention sur le chemin. D’ailleurs, sa jument non plus n’aurait pu vers un si long voyage jusqu’à Eden car déjà des perles de sueurs apparaissaient de ci de là mais elle ne ralentissait pas pour autant. Brave jument. Et la route continua, apportant son lot de douleur à la jeune femme qui continuait à serrer les dents et qui par moment croyait entendre les aboiements lointain des chiens à leur trace ou des ordres lancés à la voler. Ils ne devaient pas être si loin que ça quoi que par moment, le calme complet revenait si bien qu’elle pensait les avoir semé. Puis soudainement une fine brune apparue, rendant la visibilité moindre. Voilà le combe mouvante dans un sale jour car d’habitude, elle était moins humide que ça, enfin, en même temps il avait plu beaucoup ces derniers temps, rendant l’endroit humide. Crystal indiqua au guerrier les passages les plus sur. Dans ce lieu, dur de prendre des repères, tout se ressemblait et plus d’un s’était fait trahir par cela. Car en effet, peu savait lire dans la couleur du sable, plus celui si était foncé, plus on avait de chance de s’enfoncer dedans. Ils étaient obligés d’avancer lentement et laisser la jument testée le terrain ce qui les ralentissaient encore plus. Un cri de rage. La jeune femme tendit l’oreille. Au loin on entendait insultes et jurons. Deux options possibles soit cela leurs étaient destinés car ils leur avaient échappé soit un de leur poursuivant s’était embourbé. A moins que se fut les deux à la fois ? Enfin, elle n’était pas mécontente. Ils étaient finalement arrivés. Les jeunes gens s’éloignèrent encore de sorte que les cris ne furent plus que rumeur. Ils finirent alors par s’arrêter. Sulivan avait repéré un arbre aux racines découvertes qui formaient une sorte d’abri qui les protègeraient plus ou moins du froid et de l’humidité. Il l’aida alors à se réfugier à l’intérieur, l’y déposant doucement avant de s’installer près d’elle.

    « Dort... Cette fois il ne nous arrivera rien.... »

    Il passa alors une de ses mains doucement sur son front la faisant frémir et fermer les yeux. Cela ne lui déplaisait pas. Un peu de douceur après la journée qu’elle avait eu sans parler du monde brutale où elle vivait chaque jour. Oui elle avait besoin de réconfort comme toute le monde mais il fallait être fort et ne rien laisser transparaître. Elle rouvrit les yeux sentant l’odeur si caractéristique des plantes médicinales. Le guerrier passa les herbes sur sa blessure, la faisant légèrement grimacer à ce contact. Puis doucement, elles firent effet, lui arrachant un soupir de soulagement. Crystal se rapprocha alors du jeune homme histoire d’avoir plus chaud et d’avoir un contact rassurant près d’elle car l’endroit n’était pas particulièrement rassurant. Au moins, la Mort semblait être parti faire on-ne-sait-quoi-et-on-ne-veut-rien-savoir, s’était toujours ça. Le silence s’était installé entre les jeunes gens, pesant. Elle finit par demander doucement comme si elle avait peur de froissé son ami car elle pouvait bien l’appeler ainsi n’est ce pas :


    « Merci pour les herbes ... Ça va mieux ... Et toi … Peux tu me parler m'en dire un peu plus sur toi ? Quoi que je connais déjà une partie de ta vie … »

    Elle eut un petit sourire contrit avant de lui avouer :


    « La Mort m’a appris ce qui s’est passé pour ta famille … Je suis sincèrement désolée … »

    Elle ne savait pas vraiment quoi dire pour le réconforter surtout qu’elle devait lui rappeler un évènement de sa vie qu’on préférait généralement garder pour ça et ne pas trop y penser … Le soucis, la jeune femme avait certes des amis mais il était rare qu’elle passa du temps avec eux et encore moins pour les réconforter. Et oui, l’époque des jeux, des cachoteries, des rires, des confessions sur les peines de cœur, tout ça avait été révolu il y a bien longtemps et elle n’avait jamais été une grande adepte de ce genre de discussion alors elle préféra l’observer doucement en gardant le silence.
Revenir en haut Aller en bas
Vernom Sulivan
Habitant d'Eden
Vernom Sulivan

Messages : 36
Date d'inscription : 27/07/2011
Âge : 26
Localisation : Quelque part

Vos Persos
Vos Personnages:
Particularité // Pouvoir ::

Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )    Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )  - Page 2 I_icon_minitimeMar 13 Mar - 11:54

Enfin un peu de repos après tant d'aventure. Mais combien de temps ? Pour combien de temps encore ? Après tout, nous les avions semés, mais s'ils arrivaient à passer le marais, ils pourraient nous retrouver. C'était un coup de poker que nous faisions, mais nous l'assumions. Nous étions sous cet arbre, naturellement constitué pour nous abriter. Je restais silencieux, admirant la demoiselle faire ses grimaces puis enfin soupirer d'aise, les herbes faisant sûrement un effet. Vu la dose que je lui mettais, elle ne pouvait que se sentir bien. Par la suite, alors que j'allais me retirer, je la vis doucement s'approcher, tel un enfant demandant sa mère pour être rassuré. Sûrement le besoin de chaleur. Quand on dort, le corps voit sa température baisser, or quand on est blessé il se produit le même phénomène, or, à partir d'un certain point, cela devient dangereux pour le corps. Je ne pipais mots, la laissant faire, sereinement, tranquillement. Elle se mis alors à parler pour me dire des mots me faisant frémir sur le coup.

« Merci pour les herbes ... Ça va mieux ... Et toi … Peux tu me parler m'en dire un peu plus sur toi ? Quoi que je connais déjà une partie de ta vie … La Mort m’a appris ce qui s’est passé pour ta famille … Je suis sincèrement désolée … »

Je ne disais rien face à cela, laissant planer un vent. Après tout, elle avait tapé dans ce qui faisait mal, pourtant, mes sourcils ne se fronçaient guère. Je ne disais absolument rien. Neutre jusqu'au bout. Je la regarda dans ces yeux azurs puis m'assis à côté d'elle, posant une main sur la sienne, puis me collant à côté d'elle, continuant à lui offrir cette chaleur humaine.

«  Moi... Si tu sais ce qui c'est passé pour ma famille, à savoir, tous tués et moi seul survivant de cette nuit, tu sais quasiment tout de moi. Tu t'imagine ce qu'il me manque. Et ce que j'ai. La solitude... La souffrance, bref. En apparence, j'ai l'air de quelqu'un de normal, une personne qui souris, mais bon, tu sais que la réalité est tout autre...
J'ai souffert toute ma vie de cela. Mon père... Ma mère... Mon frère jumeau... Tous... Je n'ai plus à qui me confier à proprement parlé. Mais c'est ainsi, il faut savoir relever la tête et avancer, c'est ce que la vie m'aura apprise. »


Je la regarda un bref instant, faisant une pause. Rien de bien réjouissant si je faisais les comptes... Je soupira pour regarder la lune.

«  Désolé de parler de mort, souffrance ou autre... J'aimerais bien dire que tout va bien, que la vie est belle qu'une demoiselle occupe mes pensées et mes nuits... Malheureusement, cela n'est qu'un doux rêve pour l'instant...
Et vous ? Voyez vous la lumière au fond de ces ténèbres qu'est le monde d'aujourd'hui ? Avez vous cette chance ? »

Je l'interrogeais du regard attendant de savoir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Modératrice qui à la Force avec elle - Chevalière
Crystal

Messages : 1167
Date d'inscription : 16/11/2009
Âge : 23
Localisation : Dans les bras de son prince charmant ~

Vos Persos
Vos Personnages:
Particularité // Pouvoir :: Voit et parle avec la Mort \o/ Et c'est pas un cadeau

Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )    Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )  - Page 2 I_icon_minitimeDim 15 Avr - 13:10

    Sulivan ne la repoussa pas et elle lui en fut reconnaissante mais quand elle le sentit frémit suite à sa demande, elle s'en voulu immédiatement. Elle savait à quel point cela pouvait être douloureux de ravivé les cauchemars du passé pourtant il ne chercha pas à esquiver son regard et ne semblait pas lui en vouloir, au contraire, il s'installa près d'elle, sa main posé sur la sienne ainsi que sa chaleur contre son corps transi :

    « Moi... Si tu sais ce qui c'est passé pour ma famille, à savoir, tous tués et moi seul survivant de cette nuit, tu sais quasiment tout de moi. Tu t'imagine ce qu'il me manque. Et ce que j'ai. La solitude... La souffrance, bref. En apparence, j'ai l'air de quelqu'un de normal, une personne qui souris, mais bon, tu sais que la réalité est tout autre...
    J'ai souffert toute ma vie de cela. Mon père... Ma mère... Mon frère jumeau... Tous... Je n'ai plus à qui me confier à proprement parlé. Mais c'est ainsi, il faut savoir relever la tête et avancer, c'est ce que la vie m'aura apprise. »


    Elle l'écouta en silence ... Lui aussi, la Mort l'avait épargné. Elle se demandait à quel jeu cruelle pouvait bien jouer ce spectre à ne laisser qu'un survivant et pour tout héritage la souffrance d'avoir vu sa famille massacrée :

    « Désolé de parler de mort, souffrance ou autre ... »

    Elle secoua doucement la tête signifiant qu'il n'y avait pas de mal, après tout, qu'avait-on à raconter à part cela en temps de guerre et même sans d'ailleurs. L'être humain se plaint sans cesse, de ce qu'il a, de ce qu'il n'a pas, de ce qu'il est, de ce qu'il n'est pas. C'est un fait. Surtout que Sulivan ne se plaignait pas lui, non, il affrontait et admettait alors qu'elle, elle fuyait, espérant toujours qu'un jour ses parents réapparaitrons ... Enfin, jusqu'à ce soir ... Elle les avait vu. Ils étaient bien là, à l'attendre. Elle ferma un instant les yeux, pensant :

    *Non, pas encore, j'ai encore quelques années à vivre ici. Soyez patient. Après, plus rien ne nous séparera et viendra gâcher notre bonheur.*

    « J'aimerais bien dire que tout va bien, que la vie est belle qu'une demoiselle occupe mes pensées et mes nuits... Malheureusement, cela n'est qu'un doux rêve pour l'instant...
    Et vous ? Voyez vous la lumière au fond de ces ténèbres qu'est le monde d'aujourd'hui ? Avez vous cette chance ? »


    La jeune femme rouvrit ses yeux pour les plonger un instant dans ceux de Sulivan. Un doux sourire flottait sur son visage. Elle détourna finalement le regard pour observer la lune si belle en cette douce soirée. Le danger semblait si loin en ce moment :

    - Il y a bien un homme qui occupe mes pensées mais ... Je ne suis sur de rien vis à vis de ses sentiments, je doute. J'ai peur de connaître à nouveau la douleur de la perte d'un être cher. De plus, je suis chevalière et il est dur pour moi d'établir une relation avec un homme ... Mais je ne peux qu'espérer qu'un jour, oui, un jour où je pourrais enfin sourire réellement, goûter au bonheur et vivre une vie paisible sans que le sang et les cadavres viennent parcheminer ce chemin. Si je ne croyais pas en cela, comment pourrais je me battre encore et toujours ?

    La douleur de sa blessure s'était envolée et ses yeux se faisaient lourd. Elle reporta son regard sur Sulivan, serra sa main en signe de promesse :

    - Je sais que nous nous connaissons à peine mais ... Je jure sur ce qui me reste et ce en quoi je tiens le plus que je serai toujours la pour toi ... Tu peux voir en moi une confidente et une amie ...Les limbes du sommeil l'appelaient, se faisant même entendre dans sa voix ... Tu pourras toujours compter sur moi ... Tu ne seras plus jamais seul ... Ses yeux se fermèrent doucement et dans un dernier souffle : ... Plus jamais.

    Elle se recroquevilla sur elle même, serrant toujours doucement cette main dans la sienne. Son souffle s'était ralenti et était devenu paisible tout comme son visage que quelques mèches bleutées venaient cacher. Autant quand elle était éveillée, la jeune femme n'était guère impressionnante, autant quand elle était assoupie, elle ressemblait plus à une enfant ou à une poupée de porcelaine pourtant, cette flamme déterminée en elle la maintenant en vie et elle continuerait à se battre. Oui, tant que son cœur battrait et que sa poitrine se soulèverait, elle se battrait pour ce qu'elle croyait juste et pour les gens qu'elle aime. Jusqu'à la fin. Mais n'oublions pas que le danger est toujours plus proche qu'on ne le croit.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )    Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )  - Page 2 I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui a dit que même de l'autre côté de la frontière, tous sont corrompus ? ( Pv Crystal )
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» [UPTOBOX] Un Heureux événement [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Elle voit des nains partout ! [DVDRiP]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Forêt de l'Aube RPG :: Royaume d'Edelweiss :: L'île au Cerisier-
Sauter vers: